Les Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal sont à ce point plaisantes que nous avons décidé d’y retourner cette année… L’occasion était trop belle : le festival fête son 20ème anniversaire entre le 9 et le 19 novembre. Et avant de nous plonger dans la programmation foisonnante concoctée par les organisateurs, place aux premières impressions du public, et des professionnels…

Cela fait déjà maintenant quelques jours que la 20ème édition des RIDM bat son plein et à en croire mon agenda chargé, les heures à venir promettent de belles surprises. A peine sortie de l’avion, j’ai couru pour aller prendre le pouls de cette manifestation dédiée au documentaire, bien décidée à comprendre « comment elle était tricotée » ! Ces premiers jours s’avèrent courts et longs à la fois. Cela laisse le temps en tout cas de rencontrer une foule de visages, d’échanger un nombre incalculable de paroles. Et parmi ces rencontres, il y a eu tout de suite, dès le premier soir, celle d’Adriana et de Marc. Adriana est cubaine mais habite entre Madrid et Varsovie ; Marc est canadien et arrivait de Toronto. Elle est réalisatrice et présente son film Dos Islas en compétition « Courts et moyens métrages ». Lui est réalisateur/producteur chez Lost Time Media. Ensemble, nous avons refait le monde autour d’un verre de Gin Pamplemousse, la boisson officielle de la 20ème édition des RIDM.

Mais au-delà de cette rencontre aussi inattendue que friendly et chaleureuse, j’ai voulu aller voir quels étaient les autres visages qui fréquentaient cet anniversaire des « Rencontres internationales ». Dans la précipitation qui caractérise le laps de temps entre deux séances ou au contraire dans ces instants de pause et de recul qui composent également les journées d’une manifestation telle que les RIDM, j’ai choisi, au hasard de mes pas, d’aller prendre la température des festivaliers…

« Je suis vraiment dans l’exploration, je n’ai vraiment aucune idée… C’est un peu la beauté des festivals, je prends la programmation, et puis je pige un peu au hasard des films, étrangers principalement, auxquels on n’aurait pas accès autrement. »

« Cette année, j’ai trois films présentés ici en tant que producteur. (…) C’est excitant, mais j’ai déjà fait un peu trop de party »

« Je suis programmatrice à Hotdocs, je biens aux RIDM pour voir des films et rencontrer des amis dans le monde documentaire ».

« C’est comme une tradition, chaque année, on vient voir un ou plusieurs films aux RIDM. Et on n’a pas besoin de se concerter, on est généralement assez d’accord sur nos choix de séances. »

« L’ambiance est très chouette, un bon accueil des gens, et une très belle programmation. »

« I really enjoyed watching Tan Pin Pin’s film ‘In Time To Come’. It was a pleasure toi talk with her at the Talent Lab about her practice. »

« Je viens voyager à travers des documentaires. »

Lire aussi

Aux RIDM 2016, le « Cuban Hat » revigore encore la traditionnelle séance de pitch

Aux RIDM 2016, un laboratoire collaboratif pour sonder les rouages de la création

Réalité documentaire vs. vérité journalistique : Trois points de vue en discussion aux RIDM 2016

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *